International Politique

L’Ukraine envisage une guerre farouche avec la Russie

Ukraineune guerre farouche Russie

Deux soldats  de L’ukraine ont été tués et 10 autres blessés dans l’est du pays déchiré par la guerre alors que les affrontements reprennent, a annoncé dimanche l’armée.

Au cours des dernière’s 24 heures, des séparatistes pro-russes ont tiré sur des positions ukrainiennes à l’aide d’artillerie de gros calibre, de lance-grenades et de drones, a indiqué l’armée dans un communiqué. La plupart des attaques ont eu lieu dans la région orientale de Donetsk, a-t-il précisé.
« À la suite de tirs ennemis, deux membres des forces conjointes ont été tués », a déclaré l’armée ukrainienne. « Il n’y a pas de victimes parmi la population locale. »

L’armée ukrainienne est enfermée dans un conflit avec des combattants dissidents dans les régions de Donetsk et de Lougansk qui a éclaté après l’annexion de la péninsule de Crimée par la Russie en 2014.

Kiev dit qu’au moins 52 soldats ukrainiens ont été tués depuis le début de l’année, contre un total de 50 l’année précédente.

Les séparatistes Ukraine disent avoir perdu plus de 30 soldats depuis le début de l’année.

L’Ukraine et ses alliés occidentaux accusent la Russie d’envoyer des troupes et des armes pour soutenir les séparatistes, ce que Moscou nie.

Vendredi, le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy a déclaré qu’il était concevable qu’une « guerre totale » avec la Russie puisse éclater.

Dmitri Peskov, porte-parole du président russe Vladimir Poutine, a qualifié ce commentaire d’« apocalyptique ».

La Russie et la Biélorussie ont lancé vendredi des exercices militaires impliquant 200 000 personnes, l’un des plus grands exercices du pays ces dernières années.

En avril, la Russie a amassé environ 100 000 soldats aux frontières de l’Ukraine, faisant craindre une escalade majeure du conflit prolongé. Moscou a annoncé plus tard un retrait.

 

Plus tôt dans la journée, Moscou avait demandé à la chancelière allemande et au président de la République français de faire pression sur leur homologue ukrainien, Volodymyr Zelensky, pour « cesser les provocations » de Kiev dans l’est du pays. Ce dernier était reçu à la à l’Elysée pour participer à une réunion trilatérale en visioconférence avec Angela Merkel et Emmanuel Macron. « Il serait très important pour nous que Monsieur Macron et Madame Merkel utilisent leur influence lors de cette visioconférence […] pour lui expliquer la possibilité d’une cessation définitive de toutes provocations » sur le front, a affirmé le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov.

De son côté, Volodomyr Zelenski réclamait un soutien accru des Européens face à la concentration de troupes russes aux frontières de l’Ukraine. Durant la réunion, le président ukrainien, le président français et la chancelière allemande ont partagé « leurs préoccupations quant à l’augmentation [des effectifs] des troupes russes à la frontière avec l’Ukraine ».

Depuis plusieurs semaines, les heurts se multiplient entre Kiev et les séparatistes prorusses du Donbass (est de l’Ukraine), tandis que des dizaines de milliers de soldats russes ont été déployés à proximité, laissant craindre une opération militaire d’ampleur. Les Occidentaux ont mis en garde de leur côté la Russie contre ces démonstrations de force et appelé Moscou à la « désescalade ».

Dans ce contexte de nouveau volatil, sept ans après l’annexion de la Crimée par la Russie et alors que le conflit n’est toujours pas réglé dans le Donbass, le président ukrainien demande à cor et à cri l’adhésion de son pays à l’Otan et l’Union européenne. « Nous ne pouvons pas rester indéfiniment dans la salle d’attente de l’UE et de l’Otan », a lancé Volodymyr Zelensky dans une interview au quotidien français Le Figaro.

« Nous devons vivre ensemble »

« Si nous appartenons à la même famille, nous devons vivre ensemble. Nous ne pouvons pas sortir ensemble pour toujours, comme d’éternels fiancés, il faut légaliser nos relations », a-t-il martelé à l’attention de Paris et Berlin. Une adhésion à l’Otan paraît toutefois très éloignée au vu de l’hostilité farouche de la Russie à un tel scénario et des réticences de nombre d’Etats membres de l’Alliance, dont la France, de crainte de provoquer Moscou.

Ukraine

--
groupe emploi whatsapp doingbuzz

Cliquer ici pour les autres groupes👆

1 Commentaire

Laisser un commentaire